• facebook-square

CONTACT

Sig Valax

siglen.vlx@gmail.com

0660587692

Fascinée par les instants fragiles de l'écoute, je cherche à travers mon esthétique musicale à distiller une énergie poétique, techno-archaïque et improvisée.

Guidée par les rencontres impromptues entre matières sonores électroniques, drone, bourdon, synthétiseurs et le souffle des voix organiques, j’expérimente et provoque des glitchs bruitistes fabriqués à partir d'instruments détournés. Cette écologie du recyclage me permet d'explorer des technologies simplifiées qui interagissent in situ avec le public en le plaçant au centre d'un processus de création. Diffusées et spatialisées en quadriphonie, ces guirlandes sonores offrent au spectateur un instant d'étreinte avec les mondes chamaniques. Ma recherche musicale est une invitation à inventer collectivement une écriture du présent.

Sigolène Valax est musicienne et artiste. Elle emploi différents médias numériques et analogiques pour réaliser des œuvres hybrides explorant les modes de perception en fonction du toucher et des déplacement dans l'obscurité. Elle a étudiée la composition électroacoustique au conservatoire de Pantin, elle est titulaire d'un mastère spécialisé en création et technologie contemporaine de l’Ensci à Paris.

Désireuse d'amplifier sa relation sensorielle à la musique noise elle s'implique dans le trio «Vierge Noir e» avec Anna Gaïotti et Léo Dupleix et place sa pratique instrumentale sous le prisme de l'improvisation via des synthétiseurs analogiques. Elle manipule les sons de ses machines atonales et dévoile un processus de création musicale lié au toucher, à la fois rythmique et organique. Elle développe ces formes expérimentales avec le quintet Mesce Basse, voix et électroniques.

Attentive à l'écologie du numérique, elle réalise des installations interactives mêlant la mémoire et l'obscurité du noir. Dans cette pratique artistique elle utilise des dispositifs tactiles à la fois sonores et visuels où sont générées des formes low-tech, en lien avec la nature. Sa création en binaural «Serpent-air» a été présenté durant les festivals VIA et EXIT. Sa dernière installation «Résurgences» a été exposé à Futur en Seine, Paris. Elle a obtenue des résidences au Château Éphémère, Carrières-Poissy, à La Friche, Viry Châtillon, à La Générale, Paris. 

Elle a organisé le festival « Corpus » dédié au corps et aux nouvelles technologies à Toulouse-Blagnac. En résidence à l'IRIT-Cnrs, elle réalise une installation « Le poids de la lumière » avec une interface haptique, des images virtuelles et des fréquences sonores. Puis elle développe « IcoDays » et la « Cabane ekpyrotique », projets écho-sensibles qui mettent en relation fréquences cardiaques, longueurs d'onde et cycles du vivant. Elle poursuit ce travail avec une série d'images : les onirochromes, un espace arrêté dans le temps des rêves.

Elle compose pour la Cie «Théâtre Suivant» avec le comédien Marc Soriano, associant sa musique au texte « Un qui veut traverser ». Cette création à été diffusée au Théâtre du Rond point. D'autres compositions ont été programmées à l’Audible Festival, au Festival Longueur d’Ondes, au Festival TourneSon.